Accueil > International


Retour sur les trois dispositifs de soutien aux étudiants syriens à l’Université de Lyon

Share |

Face à la situation en Syrie, les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, y compris l’Université de Lyon, se sont mobilisés pour faciliter l'accueil et l'accompagnement d'étudiants syriens. Retour sur trois de ces dispositifs, éclairés par les témoignages des étudiants eux-mêmes.

Dispositif d’accueil et d’accompagnement de dix étudiants syriens

À l’initiative du Collectif universitaire pour l’aide aux étudiants syriens en Région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Université de Lyon coordonne depuis octobre 2015, et pour une durée de trois ans, un dispositif d’accueil et d’accompagnement de dix étudiants syriens. Cette action est conduite avec le soutien financier et logistique de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la Métropole de Lyon, du Crous, la Préfecture du Rhône et le CIEF.

Après une année de cours de FLE (Français langue étrangère) au CIEF en 2015/2016, les étudiants ont été répartis dans plusieurs établissements en 2016/2017 et 2017/2018 : Université Lumière Lyon 2, Université Jean Moulin Lyon 3, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Sciences Po Lyon et VetAgro Sup (site de Clermont-Ferrand).
 
      


 

Bourses du MAEDI pour les étudiants syriens

Début 2016, Campus France a lancé son 1er appel à candidatures pour le programme de bourses du MAEDI (ministère des Affaires étrangères et du Développement international) destiné aux étudiants syriens exilés en France. 32 candidats ont été présentés par le site de l’Université de Lyon, dont 16 ont été retenus, et issus des établissements : Université Claude Bernard Lyon 1, Université Lumière Lyon 2, Université Jean Moulin Lyon 3, Université Jean Monnet Saint-Étienne, INSA Lyon, ENSAL.

Le 2e appel à candidatures, pour l’année universitaire 2016/2017, a vu 11 candidats retenus pour l’Université de Lyon, et issus des établissements : Université Claude Bernard Lyon 1, Université Lumière Lyon 2, Université Jean Moulin Lyon 3, Université Jean Monnet Saint-Étienne, ENTPE, ENSAL, ENSASE.

Le Fonds de solidarité de l'Université de Lyon

Afin d’élargir le dispositif d’accueil des étudiants syriens sur le site Lyon Saint-Étienne, les établissements membres de l’Université de Lyon s’engagent à contribuer à la mise en œuvre d’un Fonds de solidarité commun. Sa gestion est confiée à l’Université de Lyon, et son déploiement est coordonné par le Bureau de l’Université de Lyon.

Le Fonds de solidarité est constitué d’une contribution de chaque établissement en fonction de sa taille et du nombre d’étudiants parrainés. À la fin de l’année universitaire 2016/2017, l’Université de Lyon a établi une évaluation du dispositif prenant en compte les résultats universitaires des étudiants accompagnés. Le 7 novembre 2017, le Bureau de l’UdL s’est prononcé en faveur de la reconduction du Fonds de solidarité pour 2017/2018.

Soutenir au plus près les étudiants et leurs besoins

Hormis les dispositifs mis en place ou coordonnés par l’Université de Lyon, les étudiants syriens bénéficient également d’un accompagnement humain et d’un suivi dans l’évolution de leurs perspectives universitaires. Deux d’entre eux, Qasem et Haneen, ont témoigné de leur expérience en France et de leur poursuite d’études à l’Université de Lyon.

« Les liens qui unissent nos deux pays sont historiquement très forts, notamment pour la coopération universitaire » : lire l’interview de Qasem, étudiant à Sciences Po Lyon.

« Le système de droit syrien est relativement proche du droit français » : lire l’interview de Haneen, étudiante à la Faculté de droit de l’Université Jean Moulin Lyon 3.