Accueil > Recherche


« La carbone thérapie, une nouvelle technique très efficace pour traiter le cancer »

Share |

Portrait de LabEx

Michael Beuve est enseignant-chercheur à l’Institut de physique nucléaire de Lyon (IPNL), membre du laboratoire d’excellence Primes. Il est spécialisé dans la radiothérapie par ions carbone, une thérapie innovante pour traiter les tumeurs cancéreuses résistantes...


Quel est le principe de la carbone thérapie ?
Cette technique consiste à diriger un faisceau d’ions légers sur la tumeur. Elle est très avantageuse par sa précision et son efficacité. Bien mieux que les rayons X, les ions carbone ont la capacité de s'arrêter très précisément à la profondeur programmée : ils peuvent cibler la seule tumeur, en épargnant les tissus sains et en délivrant leur dose maximale en fin de parcours. Autre avantage : leur bénéfice thérapeutique est accru, car ils ont une forte « efficacité biologique » dans la tumeur, surtout pour tuer les cellules les plus tenaces.

Dans quel cas recourir à ce traitement ?
Ce traitement est plus cher que la radiothérapie conventionnelle. Inutile d’y recourir quand les traitements classiques ont déjà fait leurs preuves. Mais lorsque les tumeurs sont radio-résistantes, bien localisées et nécessitent des doses de rayons qui seraient insupportables pour l'organisme, il peut augmenter fortement les chances de survie du patient. Celles-ci passeront, par exemple, de 63 à 89% dans le cas des tumeurs à fort risque de la prostate.

Sur quels axes travaille votre laboratoire ?
Certains de nos travaux concernent le « contrôle en ligne » : il s’agit de contrôler la trajectoire des ions dans le corps du patient, pendant le traitement, en recourant notamment aux technologies d’imagerie. D’autres travaux visent à mieux tenir compte du mouvement des organes pendant le traitement (par exemple, un poumon qui respire). Un troisième volet de notre activité concerne la biophysique, en particulier l’étude des interactions entre les ions et les cellules, à des échelles moléculaires. La recherche fondamentale est clé, si on veut susciter des innovations de rupture. Ce n’est pas en améliorant la bougie qu’on a inventé l’électricité ! En collaborant avec des biologistes, nous construisons des modèles qui visent à optimiser l’efficacité thérapeutique des rayonnements : minimiser les risques pour la santé et à mieux détruire les cellules tumorales.

Où se pratique la carbonethérapie ?
Elle connaît un essor important dans le monde entier, avec trois centres au Japon, quatre en Europe, un en Chine... Depuis plus de dix ans, nous collaborons avec des équipes européennes pour construire un centre à Lyon visant à traiter entre 1 000 à 2 000 patients par an. Baptisé Etoile, ce projet se heurte malheureusement à un obstacle majeur : son coût, car il représente un investissement de près de 200 millions d’euros. Le projet a reçu un feu vert politique, mais reste bloqué, faute de financements et d’intérêt de la part des industriels. Car, si la thérapie carbone peut apporter beaucoup aux patients, son intérêt est moindre aux yeux des actionnaires. C’est minant…

Que vous apporte le LabEx Primes ?
Ce dispositif vient conforter une dynamique locale pluridisciplinaire, déjà forte autour des radiothérapies innovantes. Depuis quinze ans, grâce aux plans Etat-région nous avons créé des synergies fortes entre physiciens, biologistes, informaticiens et médecins. Ils nous ont apporté les moyens de prendre des risques et d’avancer dans nos recherches. Aujourd’hui, le LabEx nous donne l’opportunité d’enrichir notre communauté autour de nouvelles thématiques, comme le vieillissement ou d’autres radiothérapies innovantes. Il nous apporte des moyens humains supplémentaires pour la gestion, la valorisation et la communication de nos projets.

Qu’est-ce-qui vous fait vibrer dans votre métier ?
Comprendre ce qui se passe. Déchiffrer les lois de notre univers au sens très large. C’est l’histoire du gamin qui monte sur l’étagère pour découvrir ce qu’il y a dans la boîte noire… ou dans le poste TV ! Enfant, j’avais déjà mon petit laboratoire, fait de pots de confiture, et je calculais la meilleure trajectoire pour mon javelot !



Propos recueillis par Caroline Hamon.

Thématique : Portrait de LabEx


Le LabEx PRIMES

Le LabEx PRIMES (Physique, radiobiologie, imagerie médicale et simulation) développe de nouveaux concepts et méthodes pour l’exploration, le diagnostic et la thérapie du cancer et des pathologies associées au vieillissement. PRIMES recouvre des domaines variés allant de la physique fondamentale à l’instrumentation, de la radiobiologie à l’acquisition et au traitement de données et à la reconstruction d’images, simulation et modélisation à l’aide de l’informatique.

Il réunit plus de 190 chercheurs et enseignants-chercheurs rassemblés au sein de 16 partenaires académiques ou cliniques.