Accueil > Recherche


Une archéologue passionnée par le Caucase

Share |

Christine Chataigner, médaille de cristal CNRS 2014

Cinq chercheurs et ingénieurs, membres de laboratoires lyonnais de la délégation Rhône Auvergne du CNRS, ont vu, fin 2014, la qualité de leurs travaux récompensée par les Médailles de cristal et de bronze du CNRS. Découvrons-les ensemble...


Christine Chataigner, archéologue et ingénieure de recherche au sein du laboratoire Archéorient, mène des fouilles dans la région du Caucase. Ses travaux ont pour but de comprendre comment les sociétés vivaient de l’époque Néolithique jusqu’au Bronze ancien (de 9 000 ans à 2 500 ans avant notre ère). Pour cela, elle collabore avec les archéologues locaux, mais aussi avec des spécialistes d’autres disciplines. Christine Chataignier a reçu la Médaille de cristal 2014 du CNRS.


Après un baccalauréat scientifique, Christine Chataigner se tourne vers sa passion : l’archéologie. Elle intègre l’Institut d’Art et d’Archéologie de Paris avec une dominante en archéologie orientale. En parallèle, elle suit une formation d’informatique, alors en pleine émergence dans les années soixante. Marquée par les évènements de 1968, elle décide d’apprendre le russe. Ainsi, après avoir obtenu sa licence en archéologie, elle cherche un master combinant archéologie orientale et connaissance du russe.

Son choix se porte sur l’étude de la région du Caucase et elle part six mois en Arménie. Comme elle le dit, cette expérience sera déterminante dans ses choix professionnels : « ce séjour fut une révélation ! C’était captivant de voir de l’intérieur ce qu’il se passait là-bas, de voir comment vivent les populations ». Elle fait son entrée au CNRS en 1975, quand l’archéologue et historien Jean-Paul Demoule lui propose un poste d’ingénieure d’étude en tant qu’informaticienne en archéologie. Elle soutient sa thèse en 1983 sur le Caucase entre le néolithique et le bronze ancien et suit son mari à Lyon, en 1984. C’est alors tout naturellement qu’elle intègre l’équipe de Jacques Cauvin à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM).

Aujourd’hui ingénieure de recherche, elle travaille toujours sur le Caucase et particulièrement sur l’analyse des artefacts d’obsidienne. L’obsidienne est une roche volcanique dont la composition chimique n’évolue plus une fois à l’air libre. Cela permet de pouvoir localiser la provenance d’une obsidienne grâce à sa composition chimique. Christine Chataigner nous explique que « c’est très important de connaitre l’origine d’une obsidienne car cela met en évidence les liens et les échanges entre les cultures, et les résultats sont très souvent surprenants ! ». Cette roche a été utilisée sur l’ensemble des Proche et Moyen-Orient aux époques anciennes pour façonner des outils et des armes et a donc circulé sur de très grandes distances. Elle n’hésite pas pour ses missions à faire appel à des chimistes et des géographes. Ces derniers lui apportent un outil précieux : les Systèmes d’Information Géographique, qui permettent de lier circulation de l’obsidienne entre les peuples et contraintes géographiques de l’époque.

L’heureuse lauréate de cette Médaille de cristal aime également mettre en avant les liens qu’elle tisse avec les populations locales : « elles nous font partager leur connaissance de la région et en échange nous leur apportons des compétences techniques ». Elle est actuellement responsable de la mission « Caucase » du Ministère des Affaires Etrangères, et a participé à plusieurs programmes de recherches internationaux comme le LIA HEMHA. Ce dernier a mis en évidence l’évolution de l’environnement sur le territoire arménien entre 10 000 ans avant J.-C. et le début de notre ère, ainsi que ses interactions avec le développement des sociétés humaines. Il va être complété par une nouvelle étude sur les risques naturels dans cette région et ceux induits par l’action de l’homme, ainsi que sur les stratégies d’adaptation que les groupes humains ont développées au cours du temps.

Pendant son temps libre, elle essaye de profiter au maximum de ses cinq enfants. Sa grande famille la suit d’ailleurs quelquefois sur ses missions. Elle est aussi passionnée de jardin, de faune et de flore. Elle siège notamment au conseil d’administration de la Ligue de Protection des Oiseaux pour le Rhône : « ce n’est pas du tout mon domaine, alors j’apprends beaucoup et c’est très intéressant ».

Décidément, la curiosité d’un chercheur a-t-elle une limite ?


+ d'info

La médaille de cristal distingue des ingénieurs, des techniciens et des administratifs. Elle récompense celles et ceux qui, par leur maîtrise technique et leur sens de l’innovation, contribuent, aux côtés des chercheurs, à l’avancée des savoirs et à l’excellence de la recherche française.

Contact

Laboratoire Archéorient, CNRS/Lyon 2, unité rattachée à la MOM : www.mom.fr