Accueil > Sciences & Socit


Edito

Share |

Novembre 2010

Limage de lUniversit, cest un peu la tour divoire Cest vraiment salvateur des aprs-midi comme cela, on a limpression quon nest pas exclu des connaissances Ces quelques phrases ont t glanes autour dun verre la fin de notre premire balade nature en ville le 13 novembre dernier.

Des interrogations ont surgi sur les questions de gestion d’écologie urbaine, par exemples : combien coûte l’entretien d’un arbre par an ? Comment limiter les populations de pigeons contre les nuisances tout en profitant de leur « service de nettoyage naturel » ? Quels types d’espaces publics inventer pour favoriser biodiversité et diversité sociale ?.

C’est bien le pari que nous faisons avec « Et si on en parlait ? », un nouveau dispositif que nous expérimentons à partir de ce mois-ci : donner la parole aux citoyens autour de rencontres sur des sujets dits de « science-société », co-construire une réflexion dans la durée avec chercheurs et acteurs de la société civile autour de sujets d’intérêt collectif. Faire sortir les savoirs de ce que certains ressentent comme un monde à part. Comment créer des objets qui permettent aux individus de se rencontrer sur la base de leurs questionnements, de leurs spécificités, de leurs savoirs et non –savoirs ? Comment intéresser au sens de « inter-esse », être ensemble ? Comment fabriquer de l’intérêt partagé ? Ce sont quelques-unes des questions que nous nous posons au sein de l’équipe dans ces nouvelles façons de concevoir nos actions de médiation.

La première année se veut une phase expérimentale ou nous testons différentes approches autour de quelques grandes thématiques structurantes. La première que nous tisserons au fil du temps s’articule autour de notre relation à la nature. Un premier sujet : « La nature en ville : une utopie sociale ? ». En écho à l’année internationale de la Biodiversité, nous avons choisi d’interroger notre relation à la nature en milieu urbain parce que nous vivons le temps de l’urbain, selon l’expression de Pascal Blanquart, philosophe et historien des villes, et que c’est bien sur ce territoire que se joue cette question contemporaine du retour de la nature*.

En étudiant la ville, les tendances de fond qui agitent la société sont mises à jour. La métropole urbaine est une caisse de résonance de la pensée collective, un laboratoire social. Pour ce qui nous intéresse, une caisse de résonance de la crise écologique. Et elle y résonne d’autant plus fortement du fait des contraintes et des modalités mêmes de la vie urbaine.

Dans une période de tension entre l’individuel et le collectif, entre des cultures qui peinent à trouver des terrains de construction commune, la nature comme terrain culturel partagé peut-elle aider à créer du collectif dans l’espace urbain ou bien est-elle un élément potentiel de discrimination sociale ? Question que nous souhaitons explorer dans cette soirée « Nature en ville : une utopie sociale ? » et dont nous vous inviterons à débattre à l’Hôtel de Ville de Lyon le 14 décembre prochain à partir de 18h.
 
Béatrice Korc, responsable du service Science et Société de l'Université de Lyon-CCSTI du Rhône


*Le projet Urbanbees dont nous sommes partenaires en est un bon exemple